Blog

Les troubles du sommeil

Rares sont les personnes qui n’ont jamais eu de périodes de troubles du sommeil dans leur vie. Nous sommes nombreux à avoir déjà connu un endormissement difficile ou des réveils en plein milieu de la nuit, accompagné de difficultés à se rendormir.

La plupart du temps ces troubles ne s’installent pas et sont juste passagers. Mais lorsqu’ils persistent, il est nécessaire de comprendre leur origine et d’agir pour qu’ils cessent.

Les causes « visibles » des troubles du sommeil

 

 

Voyons tout d’abord l’aspect « visible » des troubles du sommeil. Différents facteurs peuvent expliquer ces troubles. Ainsi, leur origine peut être :

 

  • pathologique car liée à une maladie qu’elle soit curable ou non, qu’elle soit grave ou non (un simple rhume peut nous empêcher de dormir correctement. Un traitement lourd de chimiothérapie aussi…)
  • psychologique : dépression, stress, etc….
  • physiologique : alimentation trop riche, manque d’exercice physique (ou exercice excessif), alcoolisme, …
  • environnementale : horaires décalés, literie obsolète, luminosité, bruit…

Ces troubles ont donc une explication rationnelle et relativement simple à trouver. Une fois l’origine établie, il y a donc possibilité (hormis en cas d’origine pathologique) de modifier sa façon d’être ou d’agir pour retrouver un sommeil de qualité.

Retrouver un sommeil de qualité

Par exemple, dans le cas d’une origine physiologique, il est nécessaire de revoir son alimentation (ne pas manger trop riche avant de se coucher, attendre que la digestion soit bien entamée avant d’essayer de s’endormir, ne pas boire d’alcool, ou encore ne pas faire d’exercice physique intense avant d’aller au lit).

Dans le cas d’une origine environnementale,  il faudra regarder du côté de la literie et la changer si nécessaire, se coucher avec le moins de lumière possible (afin que le cerveau comprenne bien qu’il entre en phase de sommeil et qu’il arrête de veiller), mettre des bouchons d’oreilles si nécessaires, etc…

Pour une origine psychologique, se faire accompagner par un professionnel (psychologue, psychothérapeute, etc…) permettra de mieux comprendre les émotions qui empêchent le sommeil de s’installer correctement et de mettre les actions nécessaires en place. Éviter tout stress, se mettre à la relaxation, à la méditation, faire de l’exercice physique léger et se connecter à la nature seront également d’un grand secours.

Si les insomnies ou les difficultés d’endormissement sont installées depuis longtemps, un accompagnement par un professionnel des troubles du sommeil sera certainement nécessaire.

Les causes « invisibles » des troubles du sommeil

Il y a d’autres causes possibles à ces troubles du sommeil. Elles seront plus difficiles parfois à identifier et surtout à expliquer à un professionnel car elles sont liées à l’invisible.

Ainsi, lorsqu’un défunt erre dans notre chambre, surtout si cette âme est en colère ou totalement perdue, elle peut chercher à profiter de notre état de sommeil pour entrer en contact plus facilement avec nous. Ce qui nous réveillera et nous provoquera certainement pas mal de peur.

En effet, dans cet état, nous « baissons notre garde » et sommes plus aisément accessibles. Parfois même s’il n’y a pas de contact particulier, le simple fait d’avoir une présence dans la chambre va apporter des difficultés d’endormissement : nous pouvons nous sentir épiés, ressentir une énergie, etc….

Il arrive également qu’en fermant les yeux, nous entendions des voix  ou que nous voyions des visages. Là aussi, étant moins « vigilants » au sens premier du terme, nous sommes plus faciles d’accès. Alors, si ce phénomène est récurrent, une difficulté d’endormissement peut vite s’installer, par peur que cela se reproduise systématiquement.

Dans ces deux cas, faire appel à un énergéticien, voire à un passeur d’âmes permettra d’aider cette âme errante à poursuivre son chemin. Alors débarrassé de cette présence indésirable, la qualité du sommeil sera vite retrouvée.

Des mémoires profondes

Une autre cause possible de ces troubles ce sont nos mémoires. Parfois dans l’enfance nous avons vécu un événement qui est venu nous perturber pendant notre sommeil. On peut penser par exemple à un incendie survenu la nuit, ou à tout autre accident soudain et violent qui laissera une trace émotionnelle forte. Cet événement a pu arriver dans notre vie intra-utérine également en laissant des traces tout aussi profondes.

Il existe aussi des mémoires encore plus anciennes. Je pense en effet à nos mémoires liées à des vies antérieures. Nous avons eu maintes vies avant celle d’aujourd’hui et donc, autant accidents potentiels durant notre sommeil. Une mort brutale nous surprenant en plein sommeil laissera des traces dans nos cellules. Et pourra encore se rappeler à nous dans cette vie d’aujourd’hui par des troubles du sommeil. C’est d’ailleurs quelque chose que je vois régulièrement en séance.

Dans ces cas de troubles du sommeil liés à des mémoires, karmiques ou non, l’intervention d’un énergéticien permettra d’en trouver l’origine, de la rendre consciente et de la transmuter. Alors, les cellules débarrassées de ce qui était obsolète, le sommeil retrouvera qualité et sérénité.

Ainsi, trouver l’origine des troubles du sommeil, qu’elle soit visible ou liée à l’invisible est la clef pour retrouver un sommeil réparateur et de bonne qualité. Si vous ressentez le besoin d’un accompagnement en ce sens, n’hésitez pas à me contacter. Nous verrons ensemble comment je peux vous aider.

L’emprise psychologique

L’emprise psychologique, aussi appelée « vampirisme au quotidien », est une manière de parvenir à ses fins vis-à-vis d’une autre personne, en utilisant la manipulation mentale. On retrouve l’emprise psychologique dans différentes situations du quotidien, dans n’importe quel milieu socio-culturel et elle peut toucher un individu à n’importe quelle étape de son existence.

Qu’est-ce que l’emprise psychologique ?

L’emprise psychologique est une une relation de domination mise en place pour détruire « l’autre » considéré comme un simple objet (de convoitise, de désir, etc…), grâce à des manipulations et des stratégies plus ou moins complexes et identifiables. Le manipulateur cherche à exploiter « l’autre » pour parvenir à ses propres fins.

Tout le monde, quelque soit son milieu socio-culturel, son âge ou encore son sexe peut être victime d’une emprise psychologique. On pourrait citer par exemple des cas d’emprise psychologique :

  • Au sein d’un couple (emprise exercée par le conjoint)
  • Dans une relation amicale (dépendance affective)
  • Un parent envers un enfant ou inversement
  • Dans le milieu professionnel (un supérieur hiérarchique envers un subordonné entre autres)
  • Au sein d’un groupe (c’est le cas des sectes par exemple, avec l’emprise du gourou sur ses « ouailles »)

Le mécanisme de l’emprise psychologique

Le mécanisme de l’emprise psychologique suit des étapes « clefs » et progressives qui permettent à la relation de base de se transformer en une relation « victime/manipulateur ». Voici le déroulé habituel de cette évolution :

  • Tout commence par une relation « agréable » pour la victime, le manipulateur étant dans un jeu de séduction (quelque soit la nature de cette relation), cherchant à valoriser, flatter l’autre. Il met sa victime en état de confiance, lui disant ce qu’elle a envie d’entendre, allant systématiquement dans son sens. La dépendance affective est déjà en place à ce stade.
  • Puis le bourreau va changer progressivement son fusil d’épaule et commencer à avoir des discours incohérents, disant blanc, puis disant noir. La victime sera alors déstabilisée. Dans le même temps, petit à petit, la victime sera isolée de son entourage. Alors l’emprise psychologique sera encore plus facile.
  • Enfin, le manipulateur fera perdre toute liberté à sa victime. Isolée, dépendante, perdue, elle ne pourra plus faire le moindre choix sans son bourreau et sera totalement sous son emprise.

Quelles sont les conséquences de l’emprise psychologique ?

 

L’emprise psychologique peut entraîner des troubles mentaux et psychologiques plus ou moins  graves. Citons par exemple :

 

  • Des troubles relationnels avec les autres
  • Anxiété, des crises de paniques
  • Dépression pouvant aller jusqu’à des tentatives de suicide
  • Peur des autres, de la foule, paranoïa
  • Perte de sa personnalité, de son identité
  • Perte d’estime de soi

De plus, l’isolement dans lequel se retrouve la victime rend très complexe l’amélioration de la situation. Elle est totalement « coincée » par son bourreau, ne veut entendre aucun autre son de cloche que le sien et ne sait plus qui elle est elle-même. L’entourage est donc lui aussi victime de cette emprise, par « ricoché ».

C’est d’ailleurs bien souvent cet entourage qui va réussir avec beaucoup de patience et de persévérance à faire sortir la victime des mains de son bourreau.  Pour que cela soit possible, il est nécessaire d’aider la victime à vivre des moments sans son manipulateur, idéalement en y prenant du plaisir. Ainsi, elle comprendra petit à petit qu’une vie sans lui est possible et pourra alors s’en défaire.

Comment se reconstruire après avoir été manipulé ?

Se reconstruire après avoir vécu sous l’emprise psychologique d’un manipulateur c’est avant tout réapprendre à exister par soi-même. Les situations de solitude font en général très peur aux anciennes victimes, ayant été trop longtemps sous la coupe de quelqu’un d’autre, ne sachant plus ce qui est bon ou non pour elles.

Il est donc nécessaire de se réapproprier sa personnalité et son identité, renouer avec ses besoins et ses envies profondes. Retrouver petit à petit l’appétit de vivre aussi.

Ce processus peut être long. Et dans la plupart des cas un accompagnement par une tierce personne, un professionnel, est préférable. Un psychologue, un psychothérapeute, quelqu’un qui saura écouter et aider la victime à trouver ses propres solutions pour aller mieux.

Et le bourreau ?

Il est intéressant de noter également que l’emprise psychologique peut être exercée par tous, à n’importe quel moment de la vie, que ce soit consciemment ou non. Mais, parfois, ce besoin de manipuler l’autre est associée à troubles psychologiques plus graves tels que la  perversion (entre autres, ce qu’on appelle le « pervers narcissique »), ou des troubles de la personnalité (sociopathie, psychopathie, etc…)

Bien souvent, le manipulateur est animé par un manque de confiance en lui et un un vide intérieur profond. Alors, faire souffrir et avoir du pouvoir sur les autres lui permet de compenser son mal-être. Ses douleurs émotionnelles, la plupart du temps inconscientes, sont un des moteurs de sa manipulation et de son emprise psychologique sur sa victime.

Si vous ressentez le besoin d’un accompagnement sur ce sujet, n’hésitez pas à me contacter.

L’inceste

C’est un sujet délicat que je souhaite aborder dans cet article. Un sujet délicat que je rencontre pourtant malheureusement très souvent en séance. Je veux parler de l’inceste.

Qu’est-ce que l’inceste ?

L’inceste, du latin « incestus » peut être traduit par impur, souillé, sacrilège.  L’inceste c’est donc le « non chaste ». Il est défini par le dictionnaire comme « des relations sexuelles entre personnes dont le degré de parenté interdit le mariage ». Ainsi, une mère ne peut pas avoir de relations sexuelles avec son enfant, un père non plus, pas plus qu’un grand-père ou une grand-mère avec un petit-enfant. Il en va de même entre frères et sœurs.

L’inceste a donc lieu au sein d’une famille. C’est pourquoi il est si difficile d’en parler lorsqu’on en est la victime. En effet, même si on arrive à le faire, bien souvent on sera confronté à une cohésion familiale qui sera mise en place pour essayer de ne pas perturber l’équilibre de ce « clan ».

L’inceste peut aller jusqu’au viol, mais peut également prendre différentes formes d’agressions sexuelles. De manière plus floue, ça peut être se montrer nu devant un enfant, le prendre nu en photo, faire l’amour devant un enfant, visionner des films pornographiques en présence de l’enfant. L’inceste peut aussi être ce qu’on appelle du « nursing pathologique », c’est à dire assouvir ses pulsions sous couvert d’actes de soins ou d’hygiène.

L’inceste, cet abus de confiance

L’inceste repose sur le fait que l’adulte abuse de son pouvoir et de la toute confiance que l’enfant lui porte. C’est pourquoi l’enfant ne comprend bien souvent pas que ce qu’il est en train de vivre n’est pas normal. Il a confiance et dépend affectivement et matériellement de cet adulte. Il ne peut donc pas imaginer qu’il lui veuille du mal. Ce qui peut expliquer le fait que l’inceste dure parfois plusieurs années.

De plus, cette agression est tellement traumatisante qu’un phénomène de dissociation va se mettre en place pour que l’enfant puisse continuer à vivre « normalement ». Il va donc totalement se couper de lui-même, comme sortir de son propre corps, pour réussir à continuer à vivre.

Bien souvent aussi, pour que cela puisse être supportable, l’enfant va entrer dans le déni le plus total. Il va oublier tout ce qui a pu se passer. Ces souvenirs peuvent rester enfouis à tout jamais. Mais ils peuvent aussi lui revenir en tête, à tout moment, même des années plus tard. Parfois un évènement marquant en sera le déclencheur, une thérapie ou une discussion peuvent aussi raviver ces souvenirs.

Les conséquences de l’inceste sur la vie d’adulte

Qu’il soit ou non conscient d’avoir été victime d’inceste dans son enfance, un adulte va en garder des séquelles. Le fait de s’être dissocié va aussi avoir laissé des traces. Le corps physique, le corps émotionnel et le corps énergétique auront des mémoires de ces évènements passés qui ne seront pas sans conséquences.

L’adulte victime d’inceste peut ressentir des freins dans sa sexualité, sa libido peut en être malmenée. Il peut ressentir des émotions négatives qui le poursuivent sans cesse sans comprendre pourquoi. Se sentir « mal dans sa peau » sans raison apparente. L’enfant s’est construit avec l’idée que celui qui l’agresse est aussi celui qui l’aime le plus. Alors une fois adulte, ses relations sentimentales seront bien souvent difficiles.

Mais il peut aussi malheureusement reproduire le schéma vécu et devenir le bourreau à son tour. Il peut alors devenir lui-même agresseur, que ce soit d’enfants dans le cercle familial ou autre, voire d’adultes. Sans comprendre d’où viennent ces pulsions. C’est ainsi qu’on retrouve dans certaines familles un schéma d’inceste qui se perpétue de génération en génération.

Comment se libérer de l’inceste ?

Qu’on soit conscient ou pas d’avoir été victime d’inceste, il est toujours possible de s’en libérer. Tout travail psychologique ou énergétique va finir par pointer du doigt cette mémoire.

L’idée principale est de se libérer des mémoires conscientes ou non, « bloquées » dans les différents corps. Des soins énergétiques, mais aussi un accompagnement psychologique vont alors permettre à la personne de retrouver la mémoire et de prendre conscience de ce qui l’entrave depuis tant d’années. Lorsque le souvenir est conscient, ce travail va permettre de parler, de « vider son sac » et de se libérer émotionnellement.

Un travail de pardon envers son agresseur est nécessaire également. Lorsque la personne se sent prête à le faire évidemment. Les soins de libération et de guérison énergétique seront un précieux soutien pour ce travail. Bien souvent un travail de pardon envers soi-même est utile : se pardonner de ne pas avoir parler avant, de ne plus se souvenir, etc….

Une fois que tout est remonté à la surface de l’inconscient, l’idée est de se débarrasser de ce fardeau trop lourd à porter. Et de briser la chaîne potentielle du schéma qui se reproduit. Se retrouver soi, seul, dans sa propre énergie, lavé de ces mémoires. Débarrassé de ce schéma bancal sur lequel on a pu se construire pour aller vers des relations sentimentales et sexuelles épanouies. Et une vie sereine.

Les contrats d’âme

Avant de nous incarner dans la matière, nous décidons de notre grand plan de vie : quels parents nous accueilleront, quel partenaire de vie nous rencontrerons, qui seront nos frères et nos sœurs, ou encore quel grand défi nous traverserons. Nous passons alors des contrats avec nous-même. Ces contrats sont comme étapes à passer pour aller d’une berge à l’autre, de notre naissance à notre mort physique. Ils représentent ce que nous sommes profondément, ou plus justement, ce que nous avons décidé d’être le temps d’une incarnation. Mais il y a aussi les contrats que nous passons avec d’autres âmes. C’est sur ce type de contrat que je souhaite m’attarder le temps de cet article.

Qu’est-ce qu’un contrat d’âme ?

Les contrats d’âme que nous passons peuvent prendre différentes formes. En effet, un accord, un pacte, une promesse, porter allégeance à quelqu’un, des vœux, des reniements, des serments, mais aussi des incantations ou des malédictions sont autant de contrats d’âme possibles. Continuer la lecture de « Les contrats d’âme »

Qu’est-ce que l’âme ?

Le corps, l’âme, l’esprit, la conscience. Nous connaissons tous ces mots et nous savons qu’ils sont un ensemble qui nous compose. Chacune de ces parties de nous ayant ses propres attributs et caractéristiques : on pourrait en effet dire que l’âme est le principe de vie, le souffle de Vie qui anime notre corps et notre esprit. L’esprit de son côté représente nos connaissances, nos mémoires, nos pensées. Quant à la conscience, elle est ce qui fait de nous un être qui avance avec les yeux ouverts (en conscience) ou les yeux fermés (sans conscience). Mais, voyons plus précisément qui est notre âme.

L’âme, ce principe de vie

L’âme est donc le principe de vie. C’est un peu comme l’étincelle qui va animer tout cet ensemble. En effet, sans âme, la vie n’existe pas : un corps, un esprit ou une conscience ne peuvent pas être en vie sans âme. Lorsque la mort survient, le corps, l’esprit et la conscience s’éteignent. Pas l’âme. C’est d’ailleurs en ce sens que l’on pourrait dire que l’âme est notre part éternelle. Notre âme est donc notre partie divine, celle qui nous relie à la Source. Mais aussi à toutes les autres âmes. Puisque nous sommes tous issus de la même origine. Continuer la lecture de « Qu’est-ce que l’âme ? »

La religion et la spiritualité

La religion et la spiritualité. Bien souvent il y a confusion entre ces deux termes. Commençons par les définir en utilisant le dictionnaire : pour le Larousse, la religion est « un ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré » et « un ensemble de pratiques et de rites spécifiques propres à chacune de ces croyances. ». La spiritualité quant à elle est « la qualité de ce qui est esprit, de ce qui est dégagé de toute matérialité ».

Dogmes versus liberté

Nous voyons donc déjà assez facilement se dégager une grande différence : les dogmes d’un côté, et une sensation de liberté de l’autre.  En effet, toute religion, quelque qu’elle soit est régie par des codes, des rituels, des croyances, des règles, bref tout un tas « d’instructions » à suivre. Et insidieusement, cela implique que si toutes ces instructions ne sont pas correctement suivies, il y aura « punition divine », un peu comme un parent punirait son enfant s’il ne fait pas correctement ses devoirs. Continuer la lecture de « La religion et la spiritualité »

L’entre deux mondes

Nous sommes tous soumis aux mêmes règles et aux mêmes cycles : nous naissons, nous vivons et nous mourrons. Mais une fois que nous sommes morts, que se passe-t-il ensuite ? Disparaissons-nous totalement ou continuons-nous à vivre « autrement » ? Et dans ce cas, où allons nous ?

Les esprits cartésiens pensent qu’un être humain naitra et vivra et qu’il n’existe aucune autre réalité. Mais nous sommes de plus en plus nombreux à penser que ce passage fulgurant sur Terre manque cruellement de sens. Il semble en effet difficile à croire qu’une vie se résume à si peu d’années.

Qu’est-ce que l’entre deux mondes

Il existe d’autres courants de pensées desquels je me sens proche qui nous expliquent que la vie continue après la mort physique. La Vie est un ensemble de cycles de vies sous différentes formes, l’incarnation terrestre étant une de ces formes. Ainsi, nous naissons (nous nous incarnons) dans un corps physique sur Terre, nous évoluons le temps de cette vie terrestre, puis, lorsque l’heure est arrivée, nous « repartons de l’autre côté ». C’est cet autre côté que j’ai envie d’aborder dans cet article. Continuer la lecture de « L’entre deux mondes »

Le choix d’incarnation

Nous sommes tous des âmes incarnées dans des corps. Nos corps, s’ils n’avaient pas d’âme, seraient comme des coquilles vides, sans vie. De plus, c’est notre âme qui est notre fil conducteur de vie en vie, d’incarnation en incarnation. Voyons dans cet article comment notre âme a fait son choix d’incarnation.

Notre âme, petite flamme divine

Notre âme c’est cette étincelle de vie, cette petite flamme divine qui possède en elle une partie de la Source. Elle voyage de vie en vie à la recherche d’expériences. L’incarnation sur la Terre fait partie des différentes expériences qui lui sont proposées. C’est en effet sur notre belle planète bleue que notre âme peut vivre l’expérience de la « matière », de la 3D, la 3ème dimension. Il existe différentes dimensions, la 3ème étant particulièrement dense car « matérielle ». C’est pourquoi on dit souvent que l’expérience de la matière est un des choix d’incarnation des plus difficiles. Alors, on peut se demander pourquoi notre âme fait un choix d’incarnation « compliqué » ! Tout simplement pour évoluer. Et plus l’expérience sera complexe, plus l’évolution sera signifiante.  Continuer la lecture de « Le choix d’incarnation »

L’équilibre masculin/féminin

Nous avons tous en nous deux polarités : une polarité masculine d’un côté, appelée aussi « Masculin sacré », et une polarité féminine de l’autre, appelée « Féminin sacré ». Et cela, que nous soyons un homme ou une femme. Chaque être humain a en lui ces deux aspects de lui-même, qui fonctionnent ensemble. Et c’est trouvant le juste équilibre masculin/féminin que nous trouvons dans le même temps notre équilibre de vie, notre bien-être et notre unicité. Alors nous vivrons en harmonie.

Qu’est-ce que le Féminin ?

Le féminin est cette partie de nous qui est reliée à nos émotions, à nos intuitions, à nos ressentis. C’est notre part créative et réceptrice qui sait lâcher prise et qui accepte que les émotions, les idées viennent à elle. Le féminin symbolise l’inspiration et le fait de porter et de créer la vie, à l’image de notre Terre Mère, Gaïa. Continuer la lecture de « L’équilibre masculin/féminin »

Le langage émotionnel du corps

Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime.

Notre corps est notre véhicule terrestre, le « réceptacle » que notre âme a choisi le temps d’une incarnation. Notre corps évolue donc au rythme de notre âme, il en est même le reflet, lui étant dans le visible, notre âme dans l’invisible. On peut donc considérer que l’âme s’exprime à travers le corps. C’est en ce sens que l’on peut parler de langage émotionnel du corps.

Et cela prend tout son sens lorsque nous somatisons. En effet, d’après le Larousse, « somatiser, c’est avoir une réponse physique, organique à un stress psychologique ». Ainsi, somatiser, donc avoir des douleurs, des maladies revient à exprimer via notre corps des problèmes plus profonds, liés aux sphères émotionnelle et/ou psychologique. Continuer la lecture de « Le langage émotionnel du corps »

Le jumeau perdu

Parfois, au cours d’une grossesse gémellaire, un des deux embryons ne se développe pas et ne peut pas continuer à vivre. La grossesse se poursuit alors mais uniquement pour l’un des deux. Ce cas de figure est relativement fréquent puisqu’on estime qu’un embryon sur dix a un jumeau perdu. La mère qui perd cet embryon n’en est pas toujours consciente. En effet, les premières échographies sont réalisées à environ deux mois et demi, trois mois de grossesse. Et bien souvent la fausse-couche a déjà eu lieu. Alors, cette perte passe souvent inaperçue. Continuer la lecture de « Le jumeau perdu »

Les émotions

Qu’est-ce qu’une émotion ? Pas simple à définir en effet ! Les scientifiques, après des années de débats, ont fini par se mettre d’accord sur cette définition : « c’est un phénomène rapide, déclenché par un évènement, qui engendre une réponse émotionnelle à plusieurs composantes. » Une émotion est donc une réponse, une conséquence de quelque chose que nous avons vécu. Ainsi, chaque émotion a bien son « déclencheur ».

Émotions positives, émotions négatives

Nos émotions peuvent être diverses, légères ou très intenses, certaines pouvant passer inaperçues, d’autres nous envahissant totalement. Surtout elles peuvent être positives ou négatives. Ainsi, la joie, l’enthousiasme, le bien-être, la légèreté, sont autant d’émotions positives qui auront un impact agréable sur ce que nous ressentons. Nous sommes d’ailleurs nombreux à les rechercher. Parfois à outrance et avec déviance. C’est ainsi qu’à force de rechercher la sensation de légèreté et de bien-être, certains vont sombrer dans la drogue. L’émotion sera là, le temps de l’effet de la prise…. Continuer la lecture de « Les émotions »

Comprendre les maladies

Lorsque nous sommes confrontés à la maladie, nous nous sentons bien souvent impuissants, voire victimes de la Vie qui nous envoie une épreuve à traverser. Cette épreuve ne nous semblant pas juste. Pourtant ces épreuves nous racontent une véritable histoire. Encore faut-il réussir à comprendre les maladies….

Les maladies ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont au contraire le résultat d’un processus, d’alertes envoyées par le corps mais non entendues par le mental. Les maladies sont la conséquence d’un manque d’écoute intérieure. En effet, notre corps nous parle. Il nous alerte sur ce qui est bon pour nous, sur ce qui ne convient pas aussi. Mais peu d’entre nous entendent ces messages. Alors, nous continuons sur notre lancée, avec nos comportements et nos habitudes nous faisant parfois plus de mal que de bien. Jusqu’à tomber malades. Continuer la lecture de « Comprendre les maladies »

L’enfant intérieur

L’enfant intérieur, c’est cette part enfantine, vraie, authentique que chacun de nous possède au fond de lui. En tant que concept psychologique, l’enfant intérieur commence a être populaire dans les années 60. Puis l’idée s’est développée. Le psychologue américain Eric Berne en a même fait la base de l’analyse transactionnelle. Pour lui, à l’intérieur de nous se trouvent trois états du « Moi » que nous utilisons plus ou moins :

  • le Parent qui établit les règles
  • l’Adulte qui pense, décide et résout les problèmes
  • l’Enfant qui ressent et réagit.

Enfant intérieur, enfant doué

Carl Jung de son côté, appelait l’enfant intérieur, « l’enfant doué ». Il s’agit pour lui, d’un être fictif qui correspond à une partie émotionnelle de chacun.  Nous pouvons y retrouver nos dons innés pour la découverte, l’émerveillement et la création. Mais en grandissant, nous écoutons de moins en moins cet enfant doué. Alors, arrivé à l’âge adulte, nous interrompons le dialogue avec lui, n’écoutant et n’entendant plus cette petite voix fragile et précieuse qui pourtant nous maintiendrait dans l’émerveillement et la spontanéité. Continuer la lecture de « L’enfant intérieur »

Le lâcher-prise

Lâcher prise, c’est réussir à comprendre que nous ne pouvons pas avoir le contrôle sur tout ce que nous vivons. C’est accepter que parfois, la Vie sait mieux que nous ce qui est bon pour notre évolution. Vivre un réel et profond lâcher-prise c’est se permettre d’avancer léger sur son chemin d’évolution, loin des tergiversations du mental. Mais encore faut-il y arriver !

Qu’est-ce que le lâcher-prise ?

Si on regarde dans le dictionnaire la définition du lâcher-prise, voici ce que l’on trouve : le lâcher-prise est un « Moyen de libération psychologique consistant à se détacher du désir de maîtrise. » C’est donc bien de notre désir de maîtrise qu’il s’agit. Cette envie permanente de contrôle, de « gestion » de nos vies. Il est vrai que notre société nous fait croire que nous pouvons tout contrôler : l’arrivée d’un bébé grâce à la pilule, une carrière assurée grâce à de « bons » diplômes, une « belle vie » grâce à un gros salaire, etc… Continuer la lecture de « Le lâcher-prise »